top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurPauline Carré

Syndrome des ovaires polykystiques SOPK et ostéopathie

Dernière mise à jour : 24 avr. 2023




Le syndrome des ovaires polykystiques ou SOPK correspond à un dérèglement hormonal de la femme. C'est un syndrome assez fréquent puisqu'il touche environ une femme sur dix.



Le taux d'hormone masculine, habituellement faible chez la femme, est anormalement haut dans les cas de SOPK, entraînant l'apparition de différents symptômes.


Très souvent, le SOPK est diagnostiqué entre 25 et 35 ans car les femmes qui ont des difficultés à tomber enceinte consultent leur gynécologue qui finit par poser le diagnostic. Mais la plupart du temps, le syndrome était apparu dès l'adolescence.


Petit rappel (ou grosse découverte) sur les ovaires


La fonction des ovaires permet notamment de maintenir les caractères sexuels et les organes de reproduction chez la femme.


Leur sécrétion hormonale est essentielle dans l'équilibre physiologique et physique du corps.


Ils sécrètent trois types d'hormones :

- les œstrogènes,

- la progestérone,

- la testostérone.


Dans le SOPK, cet équilibre hormonal est perturbé et on retrouve notamment dans le sang un taux de testostérone anormalement élevé.


Les symptômes du SOPK


- des cycles menstruels irréguliers : trop courts, trop longs voire même inexistants. Ce symptôme provoque une baisse de la fertilité chez près d'une femme sur deux atteinte d'un SOPK


- une hyper pilosité avec apparition notamment de poils sur des zones dites masculines, normalement imberbes chez la femme. On parle alors d'hirsutisme.


- prise de poids


- alopécie, chute de cheveux


- acné


- fatigue, stress, anxiété


Vous n'êtes pas obligée d'avoir tous ces symptômes pour présenter un SOPK... et vous n'avez pas forcément un SOPK si vous présentez ces symptômes.


Traitement


Le traitement du SOPK est uniquement symptomatique, c'est-à-dire qu'il vise à diminuer les symptômes mais ne fera pas disparaître le SOPK.


Un changement d'habitudes peut également aider : nouveau régime alimentaire, activité physique régulière etc.


Les médecines parallèles seront donc intéressantes à consulter : naturopatie et ostéopathie notamment.


La naturopathie vous aidera à trouver un nouvel équilibre alimentaire adapté au SOPK.


L'ostéopathie va venir soulager les tensions qui peuvent impacter les ovaires, notamment. Le travail se fera au niveau du bassin (osseux, musculaire, tendineux), des sphères digestive, urinaire et gynécologique, mais également au niveau du crâne... et de tout ce qui semblera pertinent à votre ostéopathe. Chaque cas est différent.

16 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page